mardi 10 novembre 2009

Les événements: Voyage au bout de la Chine à la recherche de Félix perdu, exposition


Tout au long du festival Livres en Tête, vous pourrez admirer, au Couvent des Cordeliers, le carnet de voyage photographique intitulé Voyage en Chine à la recherche de Félix perdu.

En effet, vous ne le savez peut-être pas mais, il y a quelques mois notre star internationale, que dis-je mondiale, de la lecture à voix haute, je veux parler bien sûr de Félix Libris, a disparu... Que les fans se rassurent, on l'a retrouvé depuis.
Voilà comment tout s'est passé :
Le 3 juin 2009, Félix Libris, annule plusieurs tournées en Chine et disparaît sans donner aucun signe de vie. Le 1er juillet 2009, alors que le monde entier était toujours sans nouvelles de Félix, James Lear, jeune réalisateur et photographe, décide de partir dans les vieux quartiers en ruines de Shanghai jusqu'aux contreforts de l’Himalaya pour retrouver la star disparue. Il cherche durant deux longs mois... en vain.
Les photographies exposées témoignent de ce long voyage au bout de la Chine à la recherche de Félix perdu. Je vous préviens tout de suite, mesdemoiselles, vous ne trouverez donc dans cette exposition aucune photo de votre idole, même pas habillée (ce qui, je le sais fort bien , ne vous intéresse que moyennement de toute façon). Peut-être pourrez-vous cependant y trouver, ajouté à la dimension esthétique et à la remarquable qualité des photographies, un autre intérêt qui vous fera un instant oublier Félix...
A ce sujet, penchons nous (ou épanchons-nous) quelques instants sur James Lear, cinéaste et photographe précoce s'il en est. Son parcours professionnel commence en 2005 où, âgé de 17 ans à peine, il est engagé comme chef opérateur de Werner Herzog sur le tournage de Grizzly man. Puis, en 2006, il réalise en Sibérie un premier documentaire, L’expérience intime du shaman, avant de se consacrer au vaste travail multimédia autour de Félix Libris. Ami intime de Félix, James considérait qu'il était de son devoir de partir à sa recherche et mettait un point d'honneur à le retrouver. Ce qu'il fit. Mais vous devrez attendre un prochain post pour avoir l'histoire de ces émouvantes retrouvailles et des nombreuses embûches que James Lear rencontra sur son chemin.
Pour tous ceux qui n'auraient pas le temps d'admirer cette magnifique exposition pendant le festival, une seconde chance vous sera donnée au Centre Universitaire Malesherbes, 108 boulevard Malesherbes, Paris 17e, du 24 novembre au 18 décembre 2009.

1 commentaire :

  1. Les assistantes d'Enki sont émues et savent que l’errance grammaticale éclairée que l'on peut découvrir aux détours de ce morceau choisi est à mettre au fronton du drolatique récit des pérégrinations du juvénile & brillant réalisateur James Lear.

    NB : pour vous servir et en hommage aux grammatistes et scoliastes qui les ont vues naître, les assistantes d'Enki convient ici Sophia à envisager sous d'autres atours le docte participe (passé) tendrement posé à la sixième ligne du 3e paragraphe de la belle ode offerte ici à nos yeux, émerveillés.

    RépondreSupprimer