jeudi 10 mai 2012

Cigare Montecristo : Lecture à rouler

   Le cigare Montecristo, plaisir ineffable du raffiné fumeur, déploie dans ses volutes un passé singulier. Non pas que les fleurets entrecroisés en un blason cherchent à signifier une confrérie secrète orientée vers la lutte. L'origine du fameux Montecristo est, autant que cela puisse surprendre, en lien direct avec la lecture à voix haute. 
   Seconde moitié du XIXème siècle : Saturno Martinez, cigarier, lance La Aurora, tout à la fois journal économique, recueil de poésie et de littérature, à destination des torcedores, rouleurs de cigare professionnels. Face à la masse immense d'analphabètes, il fait appel à un lecteur public et instaure un modèle de travail rythmé par des lectures et repris dans d'autres manufactures. Le mouvement s'étend, les ouvriers choisissent les lectures, institutionnalisent la fonction du lecteur public (lequel est aujourd'hui payé par l'Etat). 
   Les migrations vers les Etats-Unis emportent ensuite cette tradition et la lecture du Comte de Montecristo d'Alexandre Dumas devient la lecture privilégiée des travailleurs. Son nom est alors donné à un cigare qui  figure aujourd'hui parmi les plus appréciés des consommateurs. 

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire