lundi 2 novembre 2009

Portraits d'auteurs :La déferlante Marie N'Diaye



Marie N'Diaye fait partie des invités de la soirée du jeudi 19 novembre, "Le Roman d'aujourd'hui". Certains de ses textes feront l'objet d'une lecture.
Portrait d'une écrivaine qui vient de remporter le prix Goncourt avec son roman Trois femmes puissantes.


De mère française et de père d'origine sénégalaise, Marie N'Diaye fait ses études de linguistique à la Sorbonne, et obtient une bourse de l'Académie de France, dont elle est pensionnaire, à la Villa Médicis à Rome.

Elle commence à écrire à l'âge de 12 ans et publie son premier ouvrage, Quant au riche avenir à l'âge de 17 ans. Elle connaît la consécration littéraire avec En famille.

Marie N'Diaye est l'auteur de plusieurs romans dont Rosie Carpe, prix Femina en 2001, et de pièces de théâtre comme Providence mise en scène au Théâtre international de langue française à Paris. Papa doit manger, une autre de ses pièces, est jouée à la Comédie-Française en 2003 ce qui fait de Marie N'Diaye la seule femme vivante à figurer au répertoire.

Alors même qu'elle rejette l'étiquette d'africaine, de métis et même d'auteur francophone, c'est à Berlin où elle vit que Marie NDiaye a retrouvé cependant le chemin de l'Afrique où se déroule pour une bonne partie Trois femmes puissantes. Plus ancré dans le réel que ses précédents livres, ce roman emboîte trois récits qui suivent l'itinéraire de femmes et leur combat pour préserver leur dignité.

Avec ce prix obtenu face à deux auteurs Minuit - maison dans laquelle elle a longtemps publié - la romancière met fin à la " malédiction " du Femina. En effet, vieux reliquat des querelles entre les deux jurys, jusqu'alors aucun écrivain ayant obtenu le prix Femina n'avait réussi à obtenir le Goncourt.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire