lundi 2 novembre 2009

Portraits d'auteurs : Pierre Michon, Grand Prix du roman de l'académie Française


Le Grand Prix du roman de l'Académie française, qui ouvre la saison des prix littéraires d'automne, a été décerné, jeudi 29 octobre, à Pierre Michon, 64 ans, pour Les Onze.


Les textes de Pierre Michon seront lus en sa présence, le jeudi 19 novembre à 20h30


Pierre Michon entre dans la vie littéraire à 37 ans avec la publication des Vies minuscules (prix France Culture 1984), unanimement saluées. Ce livre se présente comme une suite de nouvelles ou « vies » de personnages côtoyés par le narrateur durant son enfance, rencontrés ou retrouvés plus tard dans sa vie d'errance. Chacun de ces textes est d'une grande densité, d'un style profond qui s'inscrit dans la lignée de Julien Gracq ou Louis-René des Forêts. Le récit pris dans son ensemble s'apparente au genre autobiographique, non pas comme une confession, mais comme une exploration du destin d'écrivain du narrateur, dont tout l'enjeu du livre est qu'il soit mené à bien.

À ce livre succèdent des textes courts et remarquables autour de la destinée de Rimbaud (Rimbaud le fils) ou dans une veine qu'on qualifiera, faute de mieux, de romanesque (La Grande Beune ou, plus récemment, Abbés). Ainsi se poursuit une œuvre exigeante et discrète qui gagne de plus en plus en reconnaissance publique.

En 2009, Pierre Michon publie Les Onze, le fruit de quinze années de travail préparatoire et rédactionnel, dans lequel il évoque l'histoire d'un peintre (Corentin) et celle de la Révolution à partir de la description d'un grand tableau représentant les onze membres du Comité de Salut public (Robespierre, Saint-Just, etc.) pendant la Terreur, qui serait exposé au Louvre. Mais le peintre et le tableau sont de pures inventions de l'auteur.

Pierre Michon sera présent au Réfectoire des Cordeliers le jeudi 19 novembre à partir de 20h30, aux côtés de Eric Chevillard, Maris N'Diaye, Ludovic Hary, Bernard Jannin, Jean-Maris Laclavetine, Marie-Hélène Lafon, Johann Trümmel, Richard Millet et Carole Martinez.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire